Georges BERGES (1870-1935)

Retour

LOT N° : 556
DESCRIPTION :
Georges BERGES (1870-1935) Maison basque avec le pont de Bidarray Huile et effets de laques dorée et argentée sur panneau, signée en bas à droite. 106 x 79 cm Provenance: Oeuvre offerte par l'artiste au père de l'actuelle propriétaire. Nous remercions Madame Béatrice Prieur, Docteur en Histoire de l'Art, auteur d'un DEA... Lire la suite

ESTIMATION : 2000 € - 3000 €

DATE ET LIEU DE LA VENTE :
MAISON DE VENTE
8, Rue Dominique Larréa 64500 SAINT-JEAN-DE-LUZ
Dimanche 05 juillet 2020 à 14:00

DESCRIPTION DÉTAILLÉE

Georges BERGES (1870-1935) Maison basque avec le pont de Bidarray Huile et effets de laques dorée et argentée sur panneau, signée en bas à droite. 106 x 79 cm Provenance: Oeuvre offerte par l'artiste au père de l'actuelle propriétaire. Nous remercions Madame Béatrice Prieur, Docteur en Histoire de l'Art, auteur d'un DEA sur l'oeuvre de Georges Bergès en 1999 et descendante de l'artiste, de nous avoir fourni ces quelques commentaires: Georges Bergès décline aussi bien dans ses tableaux, ses lithographies ou dans les laques (surtout probablement après l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de Paris de 1925) un éden basque. Il y présente les « marqueurs identitaires » du Pays Basque : l’habitat rural, la fameuse « etche », les fruits « exotiques » du Pays : le figuier, le chêne, les piments, les châtaignes, le cerisier en fleurs, les raisins… les meules de foin : toute une nature luxuriante. Ici, le pont de Bidarray apparaît également comme un « marqueur identitaire » du Pays Basque avec tous les autres éléments. (...) Il reprend de manière originale ce thème dans des compositions qui s’apparentent à de la laque. Il utilise alors des poudres, des paillettes, il inclut parfois des nacres ou des perles précieuses pour décrire la splendeur du Pays Basque, ces cieux notamment lorsque le soleil couchant se fait d’or, par exemple. (...) Après la mort de Léon Bonnat en 1922, le musée de Bayonne fut définitivement aménagé par Georges Bergès devenu conservateur du Musée Bonnat en lien avec Jean Guiffray et Carles Dreyfus, conservateurs du Musée du Louvre, et secondé par Antonin Personnaz. Dans le même temps, il aida son ami le Commandant Boissel à constituer le musée Basque (1922). Georges Bergès fut membre du « Groupe des Neufs » et exposa avec Ramiro Arrue, Charles Colin, René Choquet, Henri Godbarge, Pierre Labrouche, Georges Masson, Perico Ribera et Raymond Virac. (...) L’artiste devenant aveugle vers 1930-1931, il a très peu produit entre 1930 et son décès en 1935.