Gerardo MURILLO dit Dr. ATL (1875-1964)

Retour

LOT N° : 79
DESCRIPTION :
Gerardo MURILLO dit Dr. ATL (1875-1964) Volcanes, XX Estenciles – Vol. I, 1928 SUITE DE DIX-HUIT POCHOIRS monogrammés, en feuille sous chemise ou encadrés, représentant des paysages volcaniques. Chaque pochoir monogrammé. La chemise monogrammée et numérotée 8.2 à l’encre. Dim. Cadre hors tout: 158 x 87 cm - Pochoir: 25 x 26... Lire la suite

ESTIMATION : 1500 € - 2000 €

DATE ET LIEU DE LA VENTE :
MAISON DE VENTE
8, Rue Dominique Larréa 64500 SAINT-JEAN-DE-LUZ
Vendredi 19 avril 2024 à 14:00

DESCRIPTION DÉTAILLÉE

Gerardo MURILLO dit Dr. ATL (1875-1964) Volcanes, XX Estenciles – Vol. I, 1928 SUITE DE DIX-HUIT POCHOIRS monogrammés, en feuille sous chemise ou encadrés, représentant des paysages volcaniques. Chaque pochoir monogrammé. La chemise monogrammée et numérotée 8.2 à l’encre. Dim. Cadre hors tout: 158 x 87 cm - Pochoir: 25 x 26 cm (à vue) Feuilles : 49 x 31 cm Gerardo MURILLO dit Dr. ATL (1875-1964) est un précurseur du muralisme mexicain. Nommé Directeur de l’Académie des Beaux-Arts de Mexico City en 1914, il prône la rupture avec l’enseignement issu de l’école de Barbizon alors prépondérante au Mexique. Son enseignement repose sur la part sociale de l’art et de sa mixtion avec la politique. Pour Murillo, l’artiste doit être « l’instrument politique de la propagande révolutionnaire ». Il bénéficiera naturellement d’une grande influence envers la trinité du muralisme mexicain : Diego Rivera, Juan Clemente Orozco et David Alfonso Siquieros. En parallèle de cet activisme politique, il est aussi un passionné par la nature et des volcans. Son ouvrage majeur Cómo nace y crece un volcán, el Paricutín (1950) démontre en quoi le volcan constitue pour l’artiste une image forte et le fruit d’une passion qui le mènera à sa perte. L’originalité et la rareté de ces pochoirs réside dans le fait qu’ils sont réalisés très tôt dans la production de l’artiste. Ces derniers font probablement partie d’une série d’œuvres réalisée au début des années 1920 et ayant pour sujet la vie pittoresque et populaire au Mexique postrévolutionnaire. Diego Rivera lui, commence à peindre son Épopée du peuple mexicain en 1929.